Plateformes pétrolières en mer : risques environnementaux

La sécurité des plateformes pétrolières en mer est un enjeu important aussi bien pour l’environnement que pour la santé des Hommes. Dans chacun de nos procédés, PESS s’engage à respecter l’équilibre environnemental, et voici pourquoi :

Menaces pour  l’environnement

De nombreux risques existent dû aux exploitations de pétrole en Mer. En effet, plusieurs marées noires ont malheureusement fait des dégâts. 

Pollution acoustique, faune et flore qui meurent, animaux  et côtes mazoutés, boue polluante… Tout cela dégrade notre environnement.

Chaque année, près de 6 millions de tonnes d’hydrocarbures sont rejetés dans la mer par l’Homme  créant ainsi une pollution majeure des océans et de mers.

Il est important de noter que pour une tonne d’hydrocarbure, nous pouvons recouvrir entièrement une surface de 12 Km2 contaminant ainsi la faune, la flore et les eaux maritimes.

Menaces pour les travailleurs

Le premier risque concerne tout d’abord, le lieu des exploitations.

Dorénavant, les exploitations pétrolières ont lieu de plus en plus loin en mer mais aussi de plus en plus profond, jusqu’à près de 3000 mètres de profondeur.

Ceci pour la simple et bonne raison que ces installations, représentent des risques non négligeables pour les travailleurs et pour l’environnement.

On dénombrait près d’une douzaine d’accidents survenues en 1976.

La manipulation de pétrole est donc à réaliser avec précaution.

3 types de risques existent principalement au sein des plateformes pétrolières

Les risques chimiques

Toute opération entrainant l’exposition ou la manipulation de pétrole entrainent forcement d’importants risques notamment chimiques liés aux hydrocarbures ainsi qu’aux produits catalyseurs, réacticfs, …. et dérivés de souffre

Bien souvent ces risques sont le résultat de la pollution de l’air environnement par le fait d’émissions accidentelles ou non recelant des substances toxiques lors de manipulations telles que :

  • Transfert de produits chimiques
  • Eclatement de tuyauterie ou de cuve sous pression
  • Démontage des canalisation, vannes
  • Travaux de maintenance

Plusieurs types de risques existent liés au pétrole

  • Gaz et vapeurs d’hydrocarbures pouvant provoquer anoxie ou asphyxie allant même jusqu’aux malaises mortels.
  • Gaz irritants, asphyxiants et/ou toxiques du pétrole provoquant des affections des voies respiratoires en pénétrant dans les bronchioles et alvéoles pulmonaires.
  • Produit acides et caustiques utiliser pour désulfurer le pétrole brut particulièrement corrosifs pour la peau, les muqueuses et irritants des voies respiratoires pouvant entrainer de sérieuses brûlures chimiques, , des ulcérations cutanéo-dermiques profondes et douloureuses, mais aussi des lésions aux yeux par projection.
  • Solvants organiques utilisés pour le déparaffinage dont les conséquences sur la santé peuvent être irréversibles puisque ces molécules pénètrent dans les poumons, passant directement dans le sang, puis dans le cœur et le cerveau – on compte parmi les risques des irritations des muqueuses, lésions des organes respiratoires, du système nerveux, des maux de tête, des vertiges…
  • Solvants aromatiques du type benzène, xylène, styrène… quant à eux provoquent des troubles neurologiques, affections gastro-intestinales, vomissements, aménies, surdité, troubles sensitivo-moteurs. Pire encore, les effets cancérogènes et mutagènes sont avérés certains pour le benzène (classe 1 du CIRC), et potentiellement possibles pour le styrène (classe 2B du CIRC).
  • Catalyseurs métalliques contenant des composés de platine, molybdène, cobalt, nickel résultant d’une émanation accidentelle ou d’une mauvaise utilisation sont dangereuses provoquant des effets cytotoxiques, néphrotoxiques, ototoxiques, neurotoxiques. Peuvent également apparaitre des réactions allergiques de la peau et des muqueuses. Bien souvent ces risques sont associés au cancer broncho-pulmonaire et de plus le cobalt est aussi cardiotoxique.
  • Autres additifs et réactifs organométalliques à base de plomb par exemple, pouvant émettre des fumées ou des poussières de plomb entrainent une toxicité sanguine provoquant anémies, neurasthénies, troubles de la mémoire, de la concentration, toxicité rénale…
  • L’Amiante classé cancérogène pour l’Homme rappelons le est strictement interdit. Pourtant très largement utilisé dans le passé. Le problème lié à l’amiante est le risque d’inhalation provoquant ainsi des fibrose ou cancer pulmonaires.

Les risques physiques

Les risques chimiques ne sont pas les seuls à constituer un danger potentiel pour les travailleurs sur les plateformes pétrolière, il existe aussi des risques physiques tels que

  • Modification des rythmes de sommeil entrainant somnolence et donc par la même occasion une baisse de la vigilance et donc des risques d’accidents.
  • Le bruit : dans les raffineries, les nuisances sonores liées aux torchères, fours, turbines, pompes, compresseurs… peuvent dépasser les 80 dB voir même être source de stress pouvant nuire à la sécurité des travailleurs.
  • Les rayons infrarouges, températures élevées et donc les risques de brûlures thermiques aussi bien des vapeurs, que des produits comme la coke de pétrole et autres, le contact avec les tuyaux, échangeurs… Les sources de chaleurs sont également responsables de céphalées, hypersudation, tachycardie, hypotension et peuvent provoquer des malaise. Autre risque important, celui de la cataracte, d’altération rétinienne et /ou cornéenne.
  • Le trafic intense liés au chariots, appareils de levage, manutention, poids lourds… sont sources d’accident graves ; collision, heurts avec les travailleurs à pieds, chute de matériel …
  • Tous les autres risques physiques : comme les chutes de plain-pied sur sol glissant, les troubles musculosquelettiques, les électrocutions par contact direct avec des conducteurs sous tension….

Les risques d’incendies et d’explosions

Nous avons vu es risques chimiques, les risques physiques, et bien entendu en travaillant avec des hydrocarbures et du pétrole énergie fossile particulièrement inflammable, il y a forcément des risques d’incendies voir d’explosions.

Il faut savoir que les hydrocarbures sont très inflammables aussi bien sous leur forme liquide que gazeuse. Par conséquent, une simple étincelles électrostatique suffit à permettre une inflammation.

Cependant, les risques d’incendie et d’explosions varient en fonction des caractéristiques physico-chimiques de chaque hydrocarbure, d’où l’importance de bien former les travailleurs aux risques d’incendies et d’explosions, mais surtout sur les caractéristiques de chaque hydrocarbures.

Il ne faut pas non plus oublier que les vapeurs émanant d’eaux usées contenant des hydrocarbures peuvent s’enflammer au contact d’une source d’inflammation.

Dès lors que l’on prépare du coke de pétrole, on peut souvent craindre une explosion eau/coke entrainant brûlures et intoxications respiratoires.

Les risques d’incendies et d’explosions sont également responsables d’autres traumatises comme des lésions des os (blast), perforation voir rupture du tympan, brûlure sévères, inhalation toxiques avec rejet atmosphériques importants de gaz, fumées et poussières toxiques pour l’environnement.


Sécurité du personnel  et CHSCT

En plus des risques inhérents aux plateformes pétrolière, saviez-vous que les principales causes d’accidents sur les plateformes pétrolières sont liés aux Hommes ?

La formation à la sécurité du personnel est donc primordiale afin d’améliorer la sécurité des hommes et la protection de l’environnement.

Voyant les nombreux impacts des plateformes pétrolières sur l’environnement et la santé des Hommes, les Nations Unies ont créé une convention entrée en vigueur en 1994 permettant aux pays côtiers de gérer et réguler la biodiversité ainsi que les ressources biologiques et non biologiques contenues dans l’eau, sur le sol et dans le sous-sol marins.

En parallèle,  le rôle du CHSCT a été renforcé

Mais qu’est-ce qu’un CHSCT ?

Le CHSCT ou  Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail est une institution représentative du personnel dont la présence est obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés.

Le CHSCT occupe un rôle important car il participe à la protection de la santé mais aussi à la sécurité des employés. En plus de cela, il contribue fortement à l’amélioration des conditions de travail tout en veillant strictement à ce que tous les éléments du règlement concernant la sécurité au travail soient respectés.

Le CHSCT permet de s’assurer que le personnel est bien formé aux risques sur les plateformes pétrolière afin de préserver l’intégrité morale et physique des travailleurs comme le prévoit la loi.

Les salariés doivent être formés, sensibilisé et informés des risques encourus et des conséquences sur leur santé.

Pour tenter de réduire l’exposition aux risques chimiques, des solutions de bio-maintenance existent pour les professionnels du pétrole.

LEAVE A REPLY

Your email address will not be published.