Découvrez comment entretenir les pipelines avec PESS-Group

Notre sujet du jour porte sur les pipelines, ces kilomètres de conduits qui permettent d’acheminer les énergies qu’elles soient liquides ou gazeuses.

Généralement enfouis sous terre, ces conduits sont indispensables à l’économie et l’autonomie des pays industrialisés ; ils assurent des débits impressionnants dans la plus grande discrétion.

Compte tenu de la longueur de ces canalisations et des distances parcourues, se pose alors la question du nettoyage et de l’entretien afin d’éviter et de limiter tout risque de bouchon pour ce mode de transport des fluides liquides ou gazeux.

Découvrons ensemble comment nettoyer les Pipelines et l’important de nettoyer ces conduits.

Qu’est-ce qu’un Pipeline ?

C’est un réseau de conduits ou canalisations permettant d’acheminer en très grande quantité sur de très longues distances ou pas du pétrole brut ou raffiné, des liquides et du gaz.

Mais ici nous parlerons principalement des Pipelines de transport par opposition aux canalisations de collecte, d’alimentation et de distribution.

Il existe cependant 3 principaux types de Pipelines

  • Les Oléoducs : destinés au transport du pétrole
  • Les Aquaducs : destinés au transport de l’eau
  • Les Gazoducs : destinés au transport du gaz naturel

Pourquoi l’entretien et le nettoyage des Pipelines est si important ?

La première raison pour laquelle il est important de nettoyer les Pipelines est de réduire le risque d’accidents. En effet, bien que le réseau soit en bon état d’une manière générale, il ne faut pas oublier qu’un réseau s’entretien minutieusement au quotidien.

Les accidents sont certes rares, mais leur impact sur l’économie du pays et de l’entreprise comme sur l’environnement sont désastreux d’où l’importance de redoubler de vigilance.

Parmi les différentes causes d’accidents, on retrouve

  • Fuite impliquant une pollution de l’environnement
  • Explosion
  • Facteur humain – menace terroriste
  • Incendie
  • ….

Le Pipeline reste le moyen de transport le plus sur et le plus économique par rapport aux autres modes de transport terrestres qu’ils soient routiers ou ferroviaires.

D’ailleurs un Pipeline bien entretenu peut fonctionner jusqu’à 40 ans voir plus.

Qu’est ce que « l’épreuve sous pression » ?

Il est fortement recommandé de réaliser une « Epreuve sous pression » tous les 5 ou 10 ans pour garantir le bon état des conduits.

Mais qu’est-ce qu’une « épreuve sous pression » ? Il s’agit de tester la pression d’exploitation des conduits. Les canalisations sont remplies d’eau et la pression est ainsi testée.

Bien entendu après avoir effectué les tests, on purge les canalisations de leur eau et on les sèche avant de les mettre en œuvre. L’avantage de l’épreuve sous pression est qu’étant réalisée avec de l’eau pour éviter et réduire les risques de pollution environnementale.

Outres les questions sécuritaires et les risques d’accidents, les Pipelines doivent être nettoyés car ils sont susceptibles d’être contaminés et ainsi de s’encrasser pouvant mener à l’arrêt complet des machines.

Contaminations et entretien

  • Contamination des Oléoducs

Les contaminants accélèrent la corrosion, l’érosion et favorisent la rupture des canalisations à l’origine de catastrophe polluant l’environnement.

Parmi les contaminations les plus fréquentes on retrouve les substances qui au fils de l’utilisation se déposent sur les parois des conduits, les résidus de produits chimiques utilisés pour le nettoyage, les revêtements dégradés, les déversements eux-mêmes, les Biphényles polychlorés…

A noter que le pétrole brut n’a pas d’action corrodante sur les canalisations d’acier en temps normal et qu’il faut un électrolyte comme l’eau pour qu’une corrosion s’opère.

Autre facteur de contamination des Pipelines, les boues formées à base d’hydrocarbures, sables, argile, sous-produits de la corrosion, favorisant le développement de micro-organismes microbiens et augmentant l’apparition de l’eau.

  • Concernant la contamination des gazoducs

Petit, rappel, les Gazoducs transportent, le gaz naturel et ses liquides.

Comme la qualité du gaz varie en fonction du moment où il est produit, ses contaminants varient par la même occasion.

En général parmi les contaminants des Gazoducs on retrouve : la poudre noire, les hydrocarbures, les BPC et les substances radioactives naturelles (SRN)

La poudre noire le contaminant le plus fréquent dans les gazoducs à travers le globe. La poudre noire est composée de contaminants corrosifs variant selon le type de gaz transporté. C’est un contaminant répandu dans les gazoducs partout dans le monde.  

Si manque d’entretien il y a, la poudre noire est responsable d’écoulement moins efficace, engorgement et colmatage des filtres, dépôt sur les appareils de mesure du gaz, obstruction des instruments et des vannes, détérioration accélérée des vannes par érosion et problèmes de sécurité

On retrouve également des, hydrocarbures et substances radioactives naturelles parmi les contaminants.

A noter que la présence de contaminant SRN n’est pas sans danger pour la santé des Hommes dans le cadre l’entretien, du transport, du traitement des déchets et de la désaffectation des Gazoducs.

En effet, plomb, bismuth et polonium sont extrêmement radioactifs et peuvent se retrouvés inhaler ou ingérer dès lors qu’ils résultent du tartre ou de la poussière produite pendant les différentes étapes de cessation d’exploitation.

On retrouve également les BPC ou les Biphényles polychlorés par mis les contaminants comme pour les Oléoducs.

Entre risques d’explosions, d’incendies, de fuites et danger pour la santé des Hommes vous conviendrez qu’il devient plus qu’important d’entretenir les Pipelines en toute sécurité.

Plusieurs méthodes de nettoyages

Il existe 2 grandes méthodes de nettoyage.

  • Le nettoyage mécanique dit par raclage

On parle de nettoyage mécanique car l’action du racleur est mécanique et consiste à retirer les débris présents à l’intérieur des Pipelines.

Le raclage ou pistonnage se fait à l’aide d’un très grand racleur en circulation forcée permettant d’être quasiment collé aux parois des canalisations pour empêcher le fluide de passer entre elles et le racleur.

La méthode de raclage comprend

  • un lanceur
  • un récepteur
  • le racleur même.

Le racleur peut s’utiliser de deux façons, soit en étant poussé avec l’écoulement tout au long des conduits, soit en étant tiré de façon mécanique.

Le racleur est en général utilisée pour différentes tâches :

  • application de films
  • nettoyage,
  • inspection interne
  • séparation en lots
  • calibrage
  • chasse

A quelle fréquence procéder au raclage ? Bonne question, la fréquence des raclages varie selon le diamètre, la longueur du Pipelines mais également des produits transportés et des conditions d’exploitations.

Le nettoyage aux produits chimiques

En parallèle du raclage, on retrouve les produits surfactants pour limiter la corrosion.

  • La méthode des surfactants

Les surfactants mélange nettoyants liquides et diluant et sont principalement fabriqués par nos partenaires en chimie.

Le souci est que dès lors que les conduits sont longs, l’opération se complique au point de ne plus être efficace rapidement car les surfactants se saturent.

On utilise un nettoyage chimique lorsque des débris et des dépôts adhèrent aux parois et que le raclage seul ne parvient pas à éliminer les débris. Le rôle des surfactants devient alors essentiel pour rompre et ramollir les dépôts permettant ainsi au raclage de pouvoir les éliminer.

Au point que le raclage ne puisse à lui seul briser l’accumulation. Il aura pour effet essentiel de rompre et d’amollir le tartre à l’intérieur de la conduite et d’éliminer les dépôts hydrocarbonés (cire, par exemple).

  • La méthode des acides chlorhydrique

Outre les surfactants, il existe aussi les solutions d’acide chlorhydrique et d’eau à dérouiller associés à un neutralisant et un passivant pour des passages intercalés de racleur séparateur dans tous les cas.

Aussi bien la méthode des surfactants que celle des acides chlorhydrique permet d’éliminer une importante quantité de dépôts tout en limitant le nombre de passage du racleur. Sans un nettoyage chimique, on peut rapidement se retrouver dans la situation ou le tartre peut se tasser dans les conduits empêchant ainsi le passage du racleur.

Les limites du nettoyage chimiques

Le nettoyage chimique permettant d’aider au raclage a ses limites puisqu’il exige une maintenance plus longue et nécessitante plus de précaution.

Il faut veiller à opter pour un racleur pouvant supporter les produits chimiques sans risque de détérioration d’où l’importance de choisir un racleur compatible avec les produits chimiques utilisés.

Par ailleurs, introduire des produits chimiques au sein des conduits peut entrainer une contamination résiduelle aux produits chimiques.

Prenons l’exemple de l’acide chlorhydrique servant à l’élimination et à la gestion du tartre calcaire ; et bien s’il n’est pas entièrement neutralisé ou évacué alors il peut faciliter l’apparition de corrosion dans les conduits.

Ainsi l’ordre d’emploi des produits de nettoyage chimique est important.

Si le dernier produit chimique de la séquence est dangereux, il risque de laisser des résidus nocifs et/ou de rendre menaçants les résidus déjà en place.

LEAVE A REPLY

Your email address will not be published.